avec Cyril Devès du vendredi 19 au dimanche 21 avril 2024 

« Anker et l’enfance » à la Fondation Gianadda

La Fondation Pierre Gianadda avait présenté, en 2004, la première rétrospective d’Albert Anker en Suisse romande après celle organisée à Neuchâtel en 1910, l’année de son décès. Elle invite son public à redécouvrir l’œuvre de cet artiste consacrée à l’enfance.

Sur les 800 toiles peintes par Anker de 1848 à 1902, plus de 500 représentent des enfants. Il s’agit de portraits individuels, d’enfants jouant, étudiant seul ou avec d’autres, en compagnie de leurs grands-parents. Anker se révèle un des premiers peintres à avoir pris conscience du comportement de l’enfant sur un plan psychologiques et à le restituer dans ses tableaux. Il applique certainement la thèse du pasteur protestant Johann Caspar Lavater (1741-1801) selon laquelle : « Le visage est la scène où l’âme s’expose – qui ne la saisit pas à ce moment précis, ne peut pas la peindre. » Anker, en quelque sorte, se rapproche des théories de Jean-Jacques Rousseau (1712-1768) ou de Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827), qui considèrent les enfants comme des êtres « innocents par nature », mais « corrompus » ensuite par une mauvaise éducation.
L’enfance le fascine, il va la représenter dans ses activités les plus variées. Un thème dans lequel il excelle et qui le révèle dans le monde de l’art comme un ambassadeur incontournable de portraits d’enfants.

« Félix Ziem (1821-1911) Saisir la lumière » au Palais Lumière d’Evian-les-Bains

Peintre des ciels méditerranéens et d’un Orient des Mille et Une Nuits, Félix Ziem fut un artiste nomade, inclassable, excentrique. Une exposition conçue par le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Paris Musées.

Fils d’un tailleur d’habits émigré de Pologne, il choisit d’abord d’étudier l’architecture aux Beaux-arts de Dijon avant de rompre brusquement avec l’école et avec son père. Il débute sa longue et prolixe carrière dans les années 1840 en découvrant, ébloui, la Méditerranée puis Venise. Grand voyageur, ami des peintres de Barbizon, admirateur du Lorrain et de Turner, Ziem occupe une place originale dans l’art du XIXe siècle. Il a su séduire une large clientèle qui aimait rêver de Venise ou de Constantinople devant ses toiles.

Le Palais Lumière présente une sélection de cent peintures, aquarelles et dessins issus en grande partie de la donation faite par Ziem en 1905 au Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Préoccupé au soir de sa vie par la pérennité de son œuvre, Ziem avait réuni un ensemble significatif de peintures et d’aquarelles pour en faire don à ce tout jeune musée. Cet ensemble provenant du fonds d’atelier accorde une place importante aux esquisses et révèle une part plus secrète de ce peintre dont la production pléthorique a fini par gâter la spontanéité. Le peintre est ici évoqué à partir des lieux qui inspirèrent sa quête d’une nature idéale, indifférent à la grande vague réaliste qui vint bouleverser l’art du paysage dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

« De bleu, de blanc, de rouge »

Les peintures françaises au XIXème siècle du MAH (Musée d’Art et d’Histoire de Genève)

Le MAH présente avec De bleu, de blanc, de rouge. Les peintures françaises du XIXe siècle du MAH, le résultat d’un programme de valorisation des peintures françaises du XIXesiècle (1800-1918), entrepris en 2020 en collaboration avec l’Université de Genève. Cette exposition met en lumière l’évolution du goût et des techniques artistiques de cette période riche en changements. Parmi les points forts figurent notamment des pièces telles que Mort de Socrate de François-Xavier Fabre et Vue d’Auvers avec champ de blé de Vincent van Gogh. Le parcours de l’exposition permet d’aborder tous les aspects d’un projet de valorisation patrimoniale, de la constitution de la collection aux questions de recherches en passant par l’étude du métier de peintre.

PRIX PAR PERSONNE EN CHAMBRE DOUBLE A PARTAGER  : € 750

basé sur 15 participants minimum selon les conditions économiques en date du 18/03/2024

Le forfait comprend :

Le transport en autocar au départ de Lyon avec prise en charge du chauffeur (hébergement et repas) 

Le logement de 2 nuits à Yvoire en hôtel 3* petits déjeuners et taxes de séjour inclus

Les repas suivants : dîner du 19/04, déjeuners du 20 et 21/04 (forfait boissons inclus) 1 verre de vin ou bière et eau inclus.

Les entrées aux sites avec droit de parole pour Cyril Devès

L’assistance culturelle de Cyril Devès ainsi qu’un accompagnateur au départ de L

Les audiophones

Le forfait ne comprend pas :

Les repas et boissons autres que ceux mentionnés ci-dessus, les assurances voyage, le supplément chambre individuelle 130€, le supplément si nombre de participants inférieur à 15 (de 14 à 10 personnes : 65€), tous extra, pourboires et dépenses d’ordre personnel.

Inscription demandée avant le 20/03/2024, règlement de la totalité du voyage soit par carte de crédit, soit par virement ou bien par chèque.

Les MUSES Voyageuses, 100 b Cours Lafayette 69003 LYON

contact@lesmusesvoyageuses.fr

Tel fixe 09 67 10 65 14 – portable Tina Gregorio 06 83 07 01 68